Publicités

Le premier musée numérique d’art de Paris trouve sa place dans une fonderie du XIXe siècle

Des projections colorées de peintures du début du XXe siècle, notamment celles de Gustav Klimt et Egon Schiele, sont exposées à l’ Atelier des Lumière , un musée numérique consacré aux beaux-arts à Paris.

Situé dans une ancienne fonderie du 11ème arrondissement, cet espace est le premier musée d’art numérique de la capitale française.

Supervisé par Culturespaces , un exploitant privé de musées et de monuments, l’Atelier des Lumières présente des œuvres d’art projetées sur des murs de 10 mètres de haut sur une superficie de 3 300 mètres carrés.

En réaction à l’impact de la technologie sur la manière dont les gens ressentent l’art, l’espace d’exposition a pour objectif de rendre l’art accessible à un large public qui ne visite pas régulièrement les musées ou les galeries.

« Ces expositions immersives peuvent constituer un moyen introductif de découvrir l’art pictural. Un tel centre numérique faisait défaut à Paris », a expliqué à Dezeen Michael Couzigou, directeur de l’Atelier des Lumières.

L’équipe du musée estime que le passage aux représentations numériques de la culture est appelé à s’intensifier.

« Les gens n’apprennent pas à propos de la culture comme ils l’ont fait dans le passé », a déclaré Bruno Monnier, président de Culturespaces. « Les pratiques évoluent et l’offre culturelle doit être en harmonie avec elles. Le mariage de l’art et du numérique est, à mon avis, l’avenir de la diffusion de l’art parmi les générations futures. »

Monnier est tombé sur la fonderie désaffectée il y a cinq ans. Après le lancement du centre d’art Carrières de Lumières aux Baux-de-Provence en 2012, il souhaite créer un musée d’art numérique à Paris.

La famille Martin, propriétaire de l’immeuble, a proposé à Monnier le hall principal et ses annexes en 2014, en tant qu’espace pour le projet.

Le bâtiment dispose de trois salles d’exposition principales. Deux salles sont consacrées au peintre autrichien Gustav Klimt et à un siècle de peinture viennoise, comprenant des œuvres d’Egon Schiele et de Hundertwasser.

Une salle plus petite est réservée aux artistes émergents et présente des installations d’intelligence artificielle et des installations numériques: « Nous voulons embrasser les artistes émergents sur la scène artistique contemporaine », a expliqué Couzigou.

« Nous avons décidé de nous concentrer sur Gustav Klimt, sur le centenaire de sa mort, pour trois raisons: la variété de ses formes expressives, qui vont du classicisme à l’impressionnisme précoce, et sa quête pour créer un » art total « pendant la sécession mouvement artistique au tournant du XIXe siècle), sa renommée et le caractère poétique et romantique de son œuvre, que nous considérions comme un point de départ idéal « , a déclaré Couzigou.

« Nous incluons également un court programme consacré au peintre et architecte Friedensreich Hundertwasser, influencé par le travail de Klimt. »

Les œuvres sont accompagnées d’un système sonore « motion design » avec 50 haut-parleurs, qui comprend une bande-son de Wagner, Chopin et Beethoven, entre autres.

« Cela permet aux visiteurs de découvrir l’art sous un nouvel angle et à travers des expériences immersives. Nous combinons l’art classique et l’art numérique – Je suis convaincu que le mariage de l’art et de la technologie numérique est l’avenir de la diffusion de l’art parmi les générations futures », a déclaré Couzigou.

« Il est capable de toucher un public plus jeune et plus large que celui des musées traditionnels. Cette approche ne vise pas à remplacer les musées, mais constitue une approche complémentaire de l’art », a-t-il expliqué.

Selon le Guardian, plus de 400 000 personnes ont visité le musée au cours des trois mois qui ont suivi son ouverture en avril de cette année. « Nous pensons déjà à un autre site en France », a déclaré Monnier.

L’art numérique joue de plus en plus un rôle dans les musées et les galeries. Plus tôt cette année, le collectif d’art japonais TeamLab a utilisé l’éclairage pour créer une mer de tourbillons en spirale dans un musée d’art de Melbourne.

Un vortex virtuel créé par le collectif s’ouvrira à la galerie Amos Rex d’Helsinki plus tard ce mois-ci.

DEZEEN

http://ln4.fr/ln45acbb892a96c6
Publicités


Catégories :Déco-design, Divertissements

Tags:, , ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :