Publicités

Le Jour où tout a basculé (Suite et fin)

Je suis arrivée aux urgences mais on nous a dit qu’il n’y avait plus assez de places disponibles du coup, mon frère a appelé mon médécin traitent pour lui expliquer la situation. De suite, elle a réagi et m’a pistonné c’est comme celà que j’ai été admise et j’ai commencé à recevoir mes premiers soins. Avant de recevoir mes soins, on m’a longuement questionné (mes antécédents médicaux et tout le tralala), je me rappelle avoir dit avoir fréquemment le paludisme au lieu de fièvre ( parce que c’est une appellation courante au Cameroun). Celà m’a valu d’être mise en quarantaine pendant un bon bout ( les médécins, infirmière et mes visiteurs portaient sea caches- nez et des gangs). J’étais vraiment mal à l’aise mais après plusieurs séries de tests, ils ont vu que je n’avais pas de paludisme mais une infection célébrale. On a commencé les soins et tout. Au début, c’était difficile de prendre mes traitements mais progressivement je me suis habituée. Je tiens à précise mon poids ( vous allez comprendre pourquoi) à mon arrivée de l’hôpital qui était de 40kilos. Je j’avais pas faim et ne mangeais Presque rien. Les infirmiers ont fait la remarque aux médécins comme quoi, je ne touchais pas à mes repas du coup on a ajouté des vitamines à mes traitements et ça a fait son effet, je mangeais maintenant normalement. Chaque lundi, on me faisait une prise de sang. Mon bilan et mon alimentation dépendaient des résultats de mon bilan ( des fois mes repas étaient sans sels, ni sucres d’autres fois pas, des fois hyperprotéinés…). Une fois, j’étais en carence de sel et tout, on me donnait de l’eau pétillante que j’aime pas du tout ( d’ailleurs, j’y ai jamais touché).

De temps à autre, on m’emmenait faire des IRM (pour évaluer la progression de l’infection), j’avais aussi des rdv chez l’olptamologue parce que je voyais double en ce moment (ça semble bizarre mais c’est vrai).

Bon entre temps, je mangeais déjà bien et je prenais un peu de kilos soit de 40kg à 60kg (on prenait mon poids et ma tension chaque semaine).

Chaque jour, mes traitements changeaient et on a commencé à me donner des corticoïdes (soit 6 /jour) et du bactrim ( je faisais malheureusement de l’allergie). En ajoutant les corticoïdes, on m’a prévenu d’éviter le trop salé et trop sucré mais le bactrim était ingérable pour mon organisme.

Mes journées à l’hôpital étaient épuisantes d’autant plus que je ne sortais pas (pourtant y avait un magnifique jardin). Je restais coucher sur mon lit à visionner ou dormir toute la journée. Je m’ennuyais comme pas possible. J’appellais souvent ma mère au pays qui me reconfortait et me demandait de rester forte et courageuse et de beaucoup prier ( je l’exécutais de suite). Un soir après ma prière, j’ai fait dodo comme d’habitude et pendant mon sommeil, j’ai fait un rêve étrange ( Dans ce rêve, j’étais dans une pièce toute blanche et j’aperçue des gens faire la queue, chacun entrait dans une porte à tour de rôle. Moi, venant d’arriver et ayant constaté que la queue était longue, cherche à couper la queue et à m’y introduire en douce devant un père que j’ai répéré. M’avançant doucement, le Monsieur me voit et dit violemment :  » Toi là, tu fais quoi ici? Ta place n’est pas ici… Va Chez les tiens, tu as mieux à faire là-bas ». Aussitôt, je me suis réveillée, il était genre 3h du matin, je sais plus trop. Le lendemain, j’ai raconté mon rêve à ma mère qui était heureuse à la fin de mon récit m’expliquant comme quoi j’étais au Paradis (rire) et que je vais guérir et ce n’est qu’une question de temps bref.

Comme je n’étais pas active et je dormais beaucoup, les médécins s’inquiètaient (genre qu’est-ce qu’il faut?). Pourtant, j’avais rien de grave juste que suis habituellement solitaire bref. Un jour, une asso en Partenariat avec l’hôpital est venue me rendre visite, c’est eux qui me faisait sortir ( ils organisaient des sorties au restau, au musée, à la Villette) bref c’est comme celà que je m’évadais et j’ai même fêté mon anniversaire (le 10 Octobre) avec eux.

Cette asso m’a redonné goût au dehors Du coup des fois je sortais ( je mentais aux infirmières que j’allais au parc et bam j’étais dehors ). Ça faisait tout bizarre de revoir les gens et tout mais c’était aussi un plaisir de revoir des sourires et tout. J’étais enthousiaste à chaque sortie, ça me faisait tout oublié, la maladie, vraiment tout tellement j’ai plongé dans mes plaisirs coupables à savoir le chocolat et le kébab. Chaque sortie, j’en mangeais avant de rentrer ( j’avais mis aux oubliettes les recommendations des médécins).

Et Bah après 3 bons et longs mois de suivis, j’ai pris 30kg de plus ( soit de 40kg à 70kg), ma vision est devenue normale et mon infection a bien diminué et j’ai été transférée dans une maison de repos parce que la maladie m’avait créer une paralysie du côté gauche genre mes jambes, mes bras et mon cerveau côté gauche ne fonctionnaient plus normalement et il me fallait une réeducation pour aller mieux.

Là-bas, tout s’est bien passée. Je suivais ma réeducation normalement au début. J’allais à la messe parce qu’il y avait une l’église et aussi aux activités proposées genre petit concert , jardinage, sport, dessin et on pouvait emprunter des livres à la bibliothèque ambulante qui passait dans chaque chambre ( j’ai emprunté quelques polars). J’y suis restée pendant un mois, j’avais retrouvé usage de mon bras et mon pied et je suis retournée chez moi, toute heureuse mais avec 10 kg de plus ( soit de 70kg à 80kg) qui est mon poids actuel à l’heure où je vous écrit. Suis devenue une grosse dame (rire).

Ps: Désolée pour les fautes, j’ai pas relu car grosse flemme. Dès bisous quand même 😘

http://ln4.fr/ln45acbb892a96c6
Publicités


Catégories :Blog & Actu, Blog & Lifestyles

Tags:, , ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :